L’effet de ses émotions sur sa biochimie et physiologie

Lorsque nous ressentons une émotion, notre système nerveux se met en marche et déclenche une série de réactions chimiques dans notre corps. Cette action est automatique et sous le contrôle du système nerveux. Le corps produit un neurotransmetteur équivalent à l’émotion que nous ressentons. Nous avons tous entendu parlé de l’oxytocin qui est l’hormone de l’amour (produite par une mère qui allaite son bébé par exemple) ou l’adrénaline produite dans l’émotion de la peur. Ce ne sont que deux cas parmi tant d’autres.

Neurochimie: Elixir ou Poison?

Il est normal qu’une situation de peur ou encore de stress par exemple, affecte notre état émotionnel et donc notre neurochimie. Ce dont nous ne sommes pas souvent au courant, c’est que seul le fait d’avoir une pensée qui suscite une émotion manifeste le même déclenchement biochimique dans notre corps. C’est donc dire que de penser à nos factures impayées, nos problèmes interpersonnels ou autres, cause une production de cortisol dans le corps sans qu’aucune situation réelle de peur ou danger ne soit présente.

D’autres neurotransmetteurs comme l’endorphine, l’ocytocine et la mélatonine ont un effet totalement opposé aux hormones de stress. Lorsque l’on dort, notre système produit la mélatonine qui permet à nos cellules de récupérer et de croître.

Système nerveux d’antan vs système nerveux aujourd’hui

Il y a longtemps, durant l’époque des chasseurs-cueilleurs, cette production de cortisol et d’adrénaline était bien adaptative pour la survie de l’individu. Par exemple, face à un ours, le corps produit un dose d’hormones de stress. Une fois hors de danger, le corps revient à l’homéostasie (état de repos et digestion). Cependant, de nos jours, c’est presque 70% du temps que nous produisons ces hormones, causant un grave déséquilibre. Ce qui était auparavant adaptatif, est maintenant devenu inadapté.

Grace à la science de l’épigénétique, qui démontre que nos maladies ne proviennent pas nécessairement de nos gènes, mais plutôt des protéines sur/sous produites par nos gènes, qui eux dépendent de notre état d’esprit, nous pouvons voir comment vivre dans des pensées et émotions de stress peuvent causer un déséquilibre physiologique, et ce, jusqu’au niveau cellulaire. De là l’intérêt à apprendre comment optimizer son système nerveux et ses pensées.

Une solution de plus en plus populaire

Une technique efficace pour réinitialiser son système nerveux et changer sa neurologie est la méditation. En fermant les yeux et en mettant une musique calme, on aide notre état d’être à passer du système sympathique (associé au stress) à un système parasympathique (associé à la croissance et réparation). Mais si on continue de penser à ses problèmes même durant sa méditation, nous ne faisons que la même chose mais avec les yeux fermé et il n’y a pas de changement.

Il faut bien comprendre ce que l’on essaie d’atteindre, et avec de la pratique, comme toute autre compétence, la méditation s’améliore avec le temps. Il est aussi important de noter que la méditation n’est pas une concentration mais plutôt une conscience relaxée. Pour que sa neurologie puisse changer, il est également nécéssaire que nos ondes cérébrales passent d’onde beta à des ondes Alpha et même Theta, vers le subconscient.

La connection esprit-corps, lorsque bien comprise et maitrisée, peut dicter toute une vie. Un example de ce fait est bien démontrer avec l’étude de femmes de ménage obèse (84 sujets), qui ne faisaient pas la connection mental de l’effort physique qu’elles exerçaient durant une journée de travail. Des chercheurs on séparer le groupe en deux, expliquant à la moitié d’entre elles, que dans leur routine quotidienne, elles excédait le minimum requis par le Chirurgien Général Américain pour avoir une bonne santé. Sans modifier leurs habitudes de travail, en un mois, elles ont eu une diminution de leur pression, de leur poids et de leur rapport taille-hanche. L’autre groupe qui n’ont pas été éduqué: aucun changement.

Source:https://www.whatisepigenetics.com/fundamentals/

Source:https://www.nytimes.com/2007/12/09/magazine/09mindfulexercise.html

One thought on “L’effet de ses émotions sur sa biochimie et physiologie”

Leave A Reply
  1. Hi, this is a comment.
    To get started with moderating, editing, and deleting comments, please visit the Comments screen in the dashboard.
    Commenter avatars come from Gravatar.

Leave your reply